Travaux

Questionnement éthique dans les SSIAD

Cette journée était organisée par l’Association des IDE Coordinatrices des Services de Soins Infirmiers A Domicile (SSIAD) du Bas-Rhin en partenariat avec l’Espace de Réflexion Ethique Région Alsace (ERERAL).

Les objectifs de cette journée d'étude étaient de mener une réflexion éthique sur les pratiques dans les SSIAD, ESA, SPASAD, de permettre aux équipes de prendre du recul sur leurs pratiques quotidiennes, de réfléchir à la mise en place d’un comité éthique, de diffuser les valeurs éthiques aux équipes soignantes de terrain, d'améliorer la prise en charge de la personne âgée et/ou handicapée à son domicile, d'aprofondir les connaissances théoriques, de favoriser les échanges entre professionnels de SSIAD, ESA, SPASAD de la région Grand-Est.

"Innovations, intégrations et technologies : interroger les limites du corps" - Séminaire 4 Corps et prothèses : vécus, usages, contextes

L’objectif de cette journée d’étude était d’interroger les contextes, les savoirs, les pratiques et les représentations à l’œuvre dans les recherches en cours dans le domaine de la prothétique et des technologies d’assistance au corps.

L’organisation en deux temps de la journée reflète une double intention de réflexion.

On voulait, dans un premier temps, aborder les questions liées à l’idée d’innovation qui sous-tend les conceptions et approches théoriques et expérimentales dans la conception de nouveaux dispositifs prothétiques.

Un deuxième temps de cette journée nous a permis d'explorer le contexte culturel et de représentation de la vulnérabilité et du handicap dans lequel on développe ces nouvelles technologies « capacitantes », en portant un regard issu du terrain et des acteurs qui les constituent.

"Normes, usages et détournements" - Séminaire 3 Corps et prothèses : vécus, usages, contextes

L'objectif de cette journée sera d'étudier les relations entre la prothèse (au sens de tout appareillage technologique) et la définition de certaines les normes et représentations sociales et culturelles du handicap (Stiker ; 2005, 2009), ainsi que les possibles évolutions de ces relations induites par de nouveaux usages et détournements de ces technologies. Est-ce que les détournements artistiques (body-art, body-modification, performances), sportifs (performance, compétitivité), ludiques/culturels (science-fiction, cosplay, etc.) ou idéologiques (biohacking, transhumanisme) de ces technologies de réparation influencent les usagers premiers quotidiens de ces dispositifs thérapeutiques ? Et si oui de quelle(s) manière(s) ? Est ce que ces détournements, qui vont de pair avec une "généralisation" auprès de nouveaux contextes et publics, influencent les perceptions des usagers et du grand public, voire "faciliteraient" - comme il est parfois évoqué - inclusion (Gardou, 2012) des personnes appareillées? Ou au contraire, assistons-nous simplement à l'apparition d'une nouvelle catégorie du monstrueux (au sens de Foucault, 1999) qui creuse un décalage toujours plus fort entre imaginaire et réalité technoscientifiques? ? Quels sont les enjeux éthiques derrière ces détournements, notamment dans le contexte actuel de transformation de la médecine thérapeutique en une anthropotechnie sensible aux questions de normes et de cultures ?

Pour tout renseignement complémentaire, merci d’envoyer un mail à l’adresse : contact@corps-protheses.org

« Vulnérabilité et capabilité », Séminaire 2 du thème : Rééducation fonctionnelle, technologies d’assistance aux corps et reconstruction identitaire

La démarche de cette journée est d’étudier et d’analyser les rôles et enjeux des dispositifs techniques d’assistance au corps lors de cette période spécifique que constitue la rééducation fonctionnelle en milieu hospitalier suite à un traumatisme et/ou une intervention chirurgicale. Se centrant plus spécifiquement sur les prothèses, orthèses et fauteuils roulants, l’objectif de cette journée est d'interroger les enjeux, vécus et usages développés par les patients en lien avec ces dispositifs techniques d’assistance au corps, au travers des approches de terrain et transdisciplinaires à la croisée des regards (chercheurs en sciences humaines et en médecine, soignants, patients, cinéaste). Autrement dit : qu’est ce que rééduquer fonctionnellement un patient dont le corps a été traumatisé et altéré ? Comment les patients saisissent-ils et s’habituent-ils aux dispositifs techniques d’assistance aux corps qui tendent à palier leurs situations de handicap ? Quels sont les apports et potentialités, mais aussi les tensions, complications et processus d’ajustement (Winance, 2007) suscités par ces dispositifs ? Bien loin de mythe contemporain du corps machinique réparé et performant, quels types d’efficacité dans les conduites motrices (Warnier, 2005) avec ces dispositifs sont recherchés par et pour le patient ? Quels en sont les enjeux identitaires et sociaux à l’œuvre lors de cette période essentielle pour la reconstruction globale de la personne ?

La question de l’éthique dans le domaine de la santé, jusqu’où pourrions-nous imaginer améliorer notre santé ?

Conférence donnée dans le cadre du séminaire « Bioéthique et Société » coorganisé par le CEERE et l’ERERAL, le Jeudi 2 février 2017.

Marc Roux est historien de formation, chercheur affilié à l’Institute for Ethics and Emerging Technologies, président et porte-parole de l'Association Française Transhumaniste - Technoprog.

Aujourd’hui, les possibilités d’une évolution de type transhumaniste, c’est-à-dire par une intervention technologique sur la biologie de l’humain, ne sont plus contestées. La question qui se pose est donc la question éthique : Que faire ? Ou encore : Que voulons-nous faire de l’humain ?