9-/11/20108

Colloque

Documents

Colloque_Ethique_et_Psychiatrie_2018_SIGNATURE_MAIL.jpg

Colloque Ethique et Psychiatrie - Quels lieux d’accueil pour la souffrance psychique aujourd’hui ?

Début : 9 novembre 2018 à 08:00
Fin : 10 novembre 2018 à 13:30
Rue du Bugnon 19BH - 081011 Lausanne, Suisse

Inscription payante en ligne

 

Le lieu d’accueil des personnes souffrant de troubles psychiques est une question d’une grande actualité qui s’est déjà posée dès la constitution de la psychiatrie durant le XIXe siècle. Il y a d’abord eu l’asile, lieu construit à l’écart des villes, pour certains basés sur les règles de contention et sur cet impératif d‘écarter la maladie mentale, pour ne pas mélanger le « sain » et le « fou ».

Pour d’autres, l’asile a été un lieu d’accueil médicalisé spécialisé, qui a permis une meilleure connaissance de la maladie mentale par l’observation des patients sur une longue durée et qui a pu progressivement apporter des soins spécifiques. Depuis, plusieurs initiatives et une évolution sociale ont permis l’ouverture de ces espaces, la construction de nouveaux lieux dans les centres-villes et l’apparition de programmes de soins centrés sur l’intégration plutôt que l’exclusion, avec une approche plus attentive autour des questions de liberté et de coercition.

Ainsi, depuis longtemps, la souffrance psychique interroge la société quant à son acceptation et à son intégration dans l’espace public partagé. La question de la cohabitation et de façon générale de la proximité avec la personne qui souffre psychiquement, est une question qui est devenue essentielle avec l’ouverture de la psychiatrie à la communauté. Il y a d’une part les actes antisociaux qui peuvent accompagner la souffrance psychique dans certaines situations, et d’autre part la manière dont le malade psychiatrique interroge la société par sa singularité, sa bizarrerie, sa façon dissonante d’habiter et d’investir la vie et le lieu.

La question de la honte a été significative assez tôt dans le choix des lieux d’accueil de la souffrance psychique, aboutissant à des choix de lieux éloignés, souvent stigmatisés, contrairement aux lieux accueillant la maladie somatique, qui ne connaissent pas le même traitement géographique. Cependant, l’investissement du lieu et de l’habitat reste central dans les prises en charge de nos patients les plus souffrants. Les personnes sans domicile fixe sont fréquemment des patients en rupture de soins et de lien social, les prisons restent souvent des lieux d’accueil, par défaut, de ce qui ne peut plus être accepté ailleurs. De nombreuses personnes ne trouvent pas leur place aujourd’hui, malgré les structures d’accueil et les prises en charge existantes, et cela pose la question de comment développer au mieux des offres d’habitats, d’accueil et de soins de la souffrance psychique, qui soient respectueuses et adaptées.

Ce colloque souhaite réunir différents spécialistes, médecins, soignants, patients et proches, philosophes, sociologues, géographes, responsables politiques et juridiques... pour les inviter à la discussion autour de cette problématique contemporaine complexe.

Colloque organisé par le Département de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), en collaboration avec l’Association francophone internationale d’éthique de la relation d’aide et de la santé mentale (AFIERASM).

Toutes les actualités :

01/04/2014

Conférence, Travaux

Inauguration_01.04.2014.jpg

Conférence inaugurale de l'ERERAL sur le thème : " Une loi sur les conditions de la fin de vie est-elle possible ?"

Lieu : Salle des fêtes Hôpitaux de Strasbourg – 1, place de l’Hôpital – Strasbourg

C'était le 1er avril 2014 avec Maître Didier Le Prado, Avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation, et Régis Aubry, Professeur et Chef du département douleur - soins palliatifs du CHU de Besançon.

22/04/2014

Rencontres, Travaux

Molsheim_22.04.2014.jpg

Débat public à Molsheim sur la fin de vie

L'ERERAL a accueilli le public de Molsheim et environs à la salle de la Monnaie, le 224 avril 2014, pour un débat sur la fin de vie en France, autour de :

- Dr Guy Freys, du département de Réanimation chirurgicale des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg
- Sébastien Hauger, magistrat
- Pr Michel Hasselmann, Médecin réanimateur au CHRU Strasbourg et Directeur de l'ERERAL
- Dr Laurent Calvel, Responsable du Service de Soins Palliatifs au CHRU Strasbourg
- Pr Marc Berthel, ancien Chef de Clinique du Service de Gériatrie au CHRU Strasbourg
- Suzanne Cassel, Vice présidente de l’ADAPEI du Bas-Rhin
- Dr Philippe Desprez, Unité de réanimation pédiatrique au CHU Hautepierre

24/04/2014

Divers, Travaux

RTEmagicC_Aimez-vous_la_nuit_Visuel_01.jpg.jpg

Soirée théâtrale suivie d'un débat public

Le 24 avril 2014, l'ERERAL a organisé au Molodoï une soirée en deux temps :

  • une représentation de la  pièce de théâtre « Aimez-vous la nuit ? », écrite par Julien Séchaud et mise en scène par Annie Vergne.

  • un débat public sur la fin de vie (que savez-vous des procédures prévues en France pour accompagner les personnes en fin de vie, que souhaiteriez-vous changer, etc. ?) avec :
    • Pr Bernard GENY,PU-PH au Service de Physiologie et Explorations fonctionnelles -HUS
    • Dr Philippe GUIOT, Réanimateur - C.H. Mulhouse
    • Dr Etienne KELLER, Gynécologue-Obstétricien
    • Dr Patrick KARCHER, Gériatre - HUS
    • Dr Michèle ZEISSER, Soins palliatifs – HUS
06/05/2014

Rencontres, Travaux

Rouffach_06.05.2014.jpg

Débat public avec les professionnels de santé sur l’accompagnement en fin de vie à domicile

L’Espace de Réflexion Ethique de la Région Alsace (ERERAL) et l’Hospitalisation à domicile Centre Alsace (AHDCA) ont organisé un débat public avec les professionnels de santé sur l’accompagnement en fin de vie à domicile le Mardi 6 Mai 2014, à la salle des fêtes du Centre hospitalier de Rouffach.

Le débat était organisé autour de deux tables rondes

1ère table ronde : Témoignages des professionnels de santé et usagers

  • Dr Patrick STRENTZ, Médecin généraliste, président du réseau ROCA
  • Dr Isabelle AUBERT, Médecin coordonnateur de l’EHPAD de Sausheim
  • M. Hervé FRARE, Président de l'URPS infirmier
  • Mme Nadia SENNE, Infirmière de soins à l'HAD Centre Alsace
  • Dr Yves BOSCHETTI, Médecin coordonnateur de l'équipe mobile de soins palliatifs des Hôpitaux civils de Colmar
  • Dr Sylvie GRASSER, Médecin coordonnateur de l'équipe mobile de soins palliatifs du Centre Hospitalier de Pfastatt
  • Mme Béatrice LORRAIN, Représentante des usagers

2ème table ronde : Ethique et règlementation

 
27/05/2014

Rencontres, Travaux

Lingolsheim_27.05.2014.jpg

Débat sur la fin de vie avec les personnes âgées de Lingolsheim

Le mardi 27 mai 2014, la résidence Landsberg de Lingolsheim a accueilli l'équipe de l'ERERAL pour que les personnes âgées puissent parler librement des questions qui les taraudent dès lors qu'il s'agit de la fin de vie.

Est-ce la notion d'obstination déraisonnable ? Ou celle d'abandon prématuré des soins ? Ou bien les deux ? Savent-elles qu'elles peuvent rédiger des directives anticipées et désigner des personnes de confiance ?

Le dialogue était libre et éclairé.

03/06/2014

Conférence, Travaux

conf-sevigny.jpg

Conférence sur la place des aînés dans le bénévolat en soins palliatifs

Andrée Sévigny, Ph.D., travailleuse sociale, professeure associée à l’Université Laval et chercheure au centre d’excellence sur le vieillissement de Quebec, nous a exposé les résultats issus de ses enquêtes sur le bénévolat par et pour les aînés en soins palliatifs.

Il s’agissait tout d’abord de décrire les formes que prend ce bénévolat puis de parler des facteurs qui facilitent ou qui freinent l’implication des aînés dans les soins palliatifs. L’engagement des personnes âgées dans l’accompagnement en fin de vie a, en effet, des origines diverses (personnelles, professionnelles, humanitaires, etc.) et peut se formaliser de différentes manières. Celles-ci doivent être connues des pouvoirs publics comme des associations pour qu’ils aident au mieux les aînés qui s’engagent dans ce parcours.

A la suite de la conférence, le public a interrogé Andrée Sévigny sur les résultats de ses enquêtes, et discuté avec elle des changements à opérer dans notre société pour favoriser l’implication des aînés dans l’accompagnement en soins palliatifs.

Andrée Sévigny est aussi directrice adjointe de l’Institut sur le vieillissement et la participation sociale des aînés de l’Université Laval (IVPSA).

18/06/2014

Divers, Travaux